Matthieu Malige

Dans le monde de l’entreprise en France, le retour de Matthieu Malige à Carrefour est loin d’être passé inaperçu. Retour sur le parcours de l’un des plus grands dirigeants d’entreprises de ces dernières années.

L’ingénieur en travaux publics qui s’offre un destin dans les finances

En 1997, le destin de Matthieu Malige aurait pu être tout autre. Peut-être celui d’un ingénieur à succès spécialisé dans les travaux publics comme l’indiquait son diplôme de fin de formation. Seulement, le natif de Paris a toujours été attiré par le monde des finances. Deux années plus tard, il obtenait un master en finances avec lequel il se lance dans le monde professionnel.

Sa première expérience professionnelle l’amène à occuper le poste de sous-directeur aux affaires financières chez Lazard Frères. Très vite, il sera engagé une première fois par le groupe Carrefour. Cette première association, loin d’être un rendez-vous ,manqué va durer 6 ans et 7 mois. Au cours de cette période, il va successivement occuper les postes de directeur de la stratégie et du développement, de directeur financier à Carrefour Belgique dans un premier temps et à Carrefour France dans un second temps.

Malgré d’excellents états de services, le spécialiste en finances d’entreprise a pris la direction de la FNAC. Chargé des finances de l’entreprise, il arrivera à renforcer la structure en cinq ans avec notamment l’acquisition de Darty.

Mattieu Malige, le retour gagnant chez Carrefour

Selon un adage, revenir avec son ex est généralement une mauvaise idée. Cet adage se vérifie souvent avec les autres, mais pas avec Matthieu Malinge et Carrefour. Revoir Matthieu dans la peau du directeur financier du groupe n’a rien d’étonnant. Alexandre Bompard à Carrefour était simplement un signe avant-coureur. Ce dernier, il faut le rappeler, formait un duo efficace avec Matthieu à la FNAC.

Une recette qui a marché une fois peut toujours marcher une seconde fois. Il faut dire que le groupe Carrefour ne s’était pas trompé dans son pari comme l’indique ce site également. Malgré une année 2017 moins radieuse, le groupe sous la direction de l’ancien duo de la FNAC a su rebondir grâce à une politique axée sur la numérisation.

Deux ans après, la magie opère une fois de plus. Pendant la crise liée à la COVID-19, Carrefour a connu une hausse de 3,3 % de son chiffre d’affaires. Une croissance qui a été fortement soutenue par le secteur de l’e-commerce alimentaire. Ce dernier occupe une place de choix dans la vision à long terme du duo. En plus de cela, le groupe a pu acquérir en février 2020, 30 magasins « Cash and carry » au Brésil, qui est à ce jour le deuxième marché le plus important du groupe.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *